We've updated our Terms of Use. You can review the changes here.

La maison orpheline

by Catherine Durand

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      $8.99 CAD  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Album La maison orpheline en copie CD

    Includes unlimited streaming of La maison orpheline via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 3 days

      $14.99 CAD or more 

     

  • Full Digital Discography

    Get all 14 Catherine Durand releases available on Bandcamp and save 35%.

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality downloads of La maison orpheline, Lumières, Sommeil pesant, Quelque chose de beau, Les vents aimants, Vingt, Le temps presse, La pluie entre nous, and 6 more. , and , .

    Purchasable with gift card

      $49.11 CAD or more (35% OFF)

     

1.
Figée comme un musée Les pieds et les poings liés Je me repose une nuit sur deux La neuvaine enragée Les corps étrangers Je garde la tête hors de l'eau Les heures en avalanche Les peurs en arme blanche Qui rendent fous Je brise mes phalanges À cogner sur les planches Mais je reste debout La mémoire chavirée La peine à couteaux tirés La poussière envahit les lieux Je ferme la porte à clé Je descends l'escalier Mon sang se reforme peu à peu Les heures en avalanche Les peurs en arme blanche Qui rendent fous Je brise mes phalanges À cogner sur les planches Mais je reste debout
2.
Je tais chacun de mes bruits Je supporte le silence J'ai le sommeil maudit Les rêves en interférence Comme un phare imprécis Je manque parfois de nuances
Alors j'efface ce que je suis Et je recommence Et je pars encore Je refais le tour, je refais le tour La nuit, dehors Je refais le tour, je refais le tour De mes corridors Je refais le tour, je refais le tour Pour un jour trouver Quelque chose de beau Je me donne peu de répit Et cultive la distance
J'ai les épaules engourdies Sous le poids de la méfiance J'aime ce qui reste petit Je déteste l'arrogance Mais ici tout se contredit Mes idées sont en latence
3.
Les noeuds 03:46
Le bien se faufile sous les mensonges Il faut bien croire une fois On a tant à dire, peu de secondes Mais je ne t'attendrai pas Car si tout pesait lourd avant Tous les noeuds se dénouent lentement Malgré les apparences, peu de vérité Pourtant je ne t'en veux pas Parfois la distance se compte en années L'amour n'est pas où l'on croit

 Mais si tout pesait lourd avant Tous les noeuds se dénouent maintenant Même si tout pesait lourd avant Je recouds tous les fils autrement
4.
Quelques cendres fument encore Sous la poussière, à mon chevet
Dans la nuit qui s'évapore Je t'attends, et tu le sais
 Ma maison est orpheline Des mots qui auraient tout changé Je monte la garde à mains nues Espérant que tu nous vois Mais sous la charpente dévêtue Tu sembles trop à l'étroit Ma maison est orpheline Depuis que tu l'as désertée 
Entre l'échelle et le toit La lumière au bout des doigts Ma volée de bois vert dans le silence Porte encore à bout de bras Ce que j'espérais de toi Mais tout va brûler... Puisque rien ne cicatrise Je ralentis la cadence Retire ma dernière balise Résiliée à ton absence Ma maison meurt orpheline De tes mots qui auraient tout changé Entre l'échelle et le toit La lumière au bout des doigts Ma volée de bois vert dans le silence A porté à bout de bras Ce que j'espérais de toi Mais j'ai tout brûlé
5.
L'automne revient
les herbes rouges aux aurores 
Là d'où je viens
 Il pleut des heures sur mes efforts Les courants d'air couvrent l'espace et traversent tout Je ne souhaite rien Sinon un regard posé sur moi 
Un verre de vin 
La nuit qui m'assèche la voix Dehors se tait sur les ombres qui gardent leurs distances J'ai le sommeil pesant pendu à mon cou Entre mes draps brûlants, je me dissous Je prends dans mes mains Chacune des pierres qui retombent Lancées en vain
 La guerre de tranchée dans la pénombre L'ennui m'éteint 
Entre mes doigts il ne reste rien 

J'ai le sommeil pesant pendu à mon cou Entre mes draps brûlants, je me dissous
6.
Chaque détour Chaque nuit inspirée La lumière sur la peau, l’été Tous les amours Et la vie exaucée Dans un trait gravé Entre deux années Mais si je tardais un peu Pour bâtir un toit Et rester chez moi Le temps d’aimer le doux, le précieux
Ta main sur mon bras Pour tout ce qui viendra Avant que le froid se pose Des traces de pas Que je laisserai là Un regret ou deux Te serrer près du feu Les bras tendus Ce à quoi j’aurai cru Dans ce trait gravé Entre deux années

7.
Ton regard Ta voix sur moi Tu m'appelles Une autre fois Un cri perdu Un malentendu Tu me parles Je n'entends pas Me dis que tu m'aimes Je n'ai rien contre toi Mais je n'y crois plus Je chasse novembre Je suis lassée de toi Je suis lassée de tout Qu'importe où je regarde Tes contours restent flous À mon corps défendant Je recule doucement Il faut bien partir S'il-te-plaît Reste loin Mon coeur est sourd Et ça ne sert à rien Je passe mon tour Même si c'est gris partout Je reste ici Je me tiens loin des fous J'étire les jours Jusqu'à décembre
8.
Au revers des coups Reviennent les malheureux 
Tes remous 
Tes phares éteints perdus au milieu Des marées et des courants Qui bercent la surface Des eaux qui m'éloignent
 Si tu veux 
Va traverser l'hiver à la nage Comme un feu Comme un défi perdu au tirage des adieux À ravaler tous les écrits des pages
 Sans rayer nos voeux 

Le temps creux Avale souvent les heures, les images Si je peux
 Je renverserai l'aiguille au passage Comme un jeu Je t'allongerai doucement dans ma paume Pour t'endormir un peu
9.
Lumières 03:42
On a compris trop tard qu'il fallait se taire Rester au départ en retardataires Garder la voix ancrée au fond des rivières Même si on court à semer les lumières À bâtir des tours aux vues incendiaires Jamais l'amour ne saura s'y faire Jamais On a l'écharde au coeur à craindre les sous-bois Les grands orateurs et les premières fois Les enfants resteront à l'orphelinat Même si on court à semer les lumières À bâtir des tours aux vues incendiaires Jamais l'amour ne saura s'y faire Jamais
10.
Dans le silence enneigé Les voix ne font que passer On m'a déjà déshabillée Mais rien ne presse Tant qu'il me reste à respirer 
Le temps avant les adieux Pendant que tu pleures un peu J'ai peine à fermer les yeux J'ai peur du noir Si je m'égare, sauras-tu me retrouver? S'il me reste encore une heure Avant la fin des couleurs
 Par les chansons en écho Je sens la pluie Mon corps se plie sous les corbeaux
11.
Ici, la nuit 03:37
Mon coeur qui s'interrompt Ta voix dans mes mains Tout recevoir de front Sentir la fin De nouveau, ici, la nuit Tout est silencieux Des milliers d'éclats de vie abattus Par un seul coup de feu Et quand le calme revient, il pleut M'as-tu seulement aimée?
Parfois, je doute Car chaque promesse énoncée S'est lentement dissoute De nouveau, ici, la nuit Je repense à nous Tes départs et tes silences, tes retours Au creux de mes bras Et encore pour quelque temps M'en vouloir pour ça...

credits

released October 7, 2022

license

all rights reserved

tags

about

Catherine Durand Montréal, Québec

Jeune vétérante de la chanson québécoise, Catherine Durand peut à bien des égards être considérée parmi les plus importantes défricheuses ayant pavé la voie à la réjouissante déferlante de jeunes auteures-compositrices folk à la signature singulière observable depuis quelques années au Québec. ... more

contact / help

Contact Catherine Durand

Streaming and
Download help

Shipping and returns

Report this album or account

If you like Catherine Durand, you may also like: